Conseils d'achat et d'utilisation Appareils en veille... Comment éviter le gaspillage ?

Halte aux fuites d'électricité !

Pratiquement tous les appareils électriques continuent à consommer de l'électricité tant qu'ils restent branchés à la prise de courant, même quand ils ne sont pas utilisés et qu'ils peuvent sembler éteints.

Parfois et même souvent, cette consommation cachée ne sert à rien du tout. C'est le cas par exemple des chargeurs de téléphones portables qui continuent à consommer de l'électricité même quand ils ne chargent rien, ou d'un ordinateur laissé branché alors même qu'il a été éteint. Le gaspillage d'électricité est semblable à un tuyau percé de multiples trous, qu'on laisse fuir jour après jour, année après année.

Notre consommation d'électricité ne tombe jamais à zéro et notre facture énergétique continue de grossir heure après heure même la nuit ou pendant notre absence, y compris pour des fonctions inutiles. Ceci est aggravé par la multiplication des appareils « connectés » (à internet ou à d'autres réseaux), dont les besoins et les consommations en veille augmentent.

Veilles cumulées, facture salée

Les modes veille représentent une consommation continuelle d'électricité, souvent cachée et plus ou moins utile, qui sert à :

  • Attendre un signal provenant d'une télécommande (par exemple une télévision en attente d'être allumée)
  • Afficher des informations rudimentaires (par exemple l'heure sur un four à micro-ondes)
  • Maintenir une connexion permanente à un réseau (par exemple pour une imprimante Wi-Fi, ou un haut-parleur Bluetooth)
  • Faire fonctionner des détecteurs de sécurité (par exemple un détecteur de fuite d'eau sur une machine à laver).

La consommation d'électricité d'un appareil en mode veille va certes être plus faible que s'il restait allumé. Mais l'accumulation de ces petites consommations tout au long de la journée peut réserver bien des (mauvaises) surprises !

Imaginons par exemple un appareil allumé et utilisé 2 heures par jour et mis en veille le reste du temps. Même si sa consommation d'électricité en veille est 10 fois plus faible que sa consommation en marche, sur une année la veille sera responsable d'une consommation d'énergie plus importante que le mode marche ! C'est-à-dire que plus de la moitié de l'électricité consommée par l'appareil – et répercutée sur votre facture d'électricité – n'aura qu'une faible utilité ou même peut-être aucune.

Il y a quelques années, les consommations en veille pouvaient faire grimper de près de 15% en moyenne nos factures d'électricité (hors chauffage électrique), avec parfois même certains produits qui consommaient quasiment autant d'électricité en veille qu'en mode marche ! Depuis très longtemps, des études sérieuses pointaient du doigt le peu d'efforts des fabricants pour réduire cette surconsommation inutile, alors que des solutions techniques existent pour limiter drastiquement le gaspillage d'énergie dû aux veilles. La puissance d'un mode veille peut être facilement limitée à beaucoup moins de 1 Watt, alors que des campagnes de mesures réalisées dans les années 2000 montraient des puissances en veille en moyenne 5 fois plus élevées, avec des pics à plus de 30 Watt sur certains modèles. Une telle puissance branchée en permanence va consommer sur une année 260 kWh, environ 40 € sur la facture. La mise en veille de 10 appareils de ce type pendant 10 ans, coûtait alors 4000 € !

Depuis 2010, des réglementations européennes ont enfin imposé une réduction de la puissance en veille de nombreux produits. Les fabricants ont développé des technologies plus sobres qui leur permettent de descendre à moins de 0,5 Watt de puissance pour les téléviseurs. Ces progrès sont toutefois compromis par la multiplication des modes veille exigeant que l'appareil reste connecté en permanence à internet ou à des réseaux de données, de fait augmantant la consommation d'électricité résiduelle. Ces nouveaux modes "connectés" sont aussi couverts depuis début 2015 par des limites réglementaires, mais à des niveaux plus généreux qui dépassent largement 1 Watt (12 W pour les appareils nécessitant une réactivation immédiate du type box internet, et 6 W pour les autres).

Ce que représente les veilles pour une famille typique

Une famille équipée par exemple: d'une chaîne hi-fi assez ancienne (5 Watts en veille), d'une grande télévision à écran plat (0,5 Watt en veille), d'une ancienne télé plus petite dans la chambre (3 Watts en veille), d'un lecteur DVD (1,5 Watts en veille), d'une console de jeux (4 Watts en veille « connectée »), d'un ordinateur et d'une imprimante qui restent en veille (8 Watts), d'un four à micro-onde (1,5 Watts en veille), de téléphones sans fil (4 Watts en veille), d'un grille-pain (1 Watt en veille), d'une machine à café (3 Watt en veille), d'un lave-vaisselle (1 Watt en veille), d'un lave-linge (1,5 Watts en veille), de 2 chargeurs de téléphone portable laissés branchés (1 Watt en veille) ... accumule déjà 35 Watt de puissances en veille, l'équivalent d'une ampoule halogène laissée allumée en permanence 24h/24 !
En réalité, s'y ajouteront en général de nombreuses autres veilles plus ou moins cachées, comme celles d'un boîtier d'alarme, d'une porte de garage automatique, de la chaudière de la maison, du chauffe-eau, d'un climatiseur éventuel, de plaques à induction, de divers gadgets électroniques laissés branchés, de certains luminaires, etc. Au total, la puissance totale des veilles dans un foyer peut facilement monter à plus de 50 W, ce qui représente un gaspillage de près de 80 € par an sur la facture.

Réduire les consommations des veilles

La manière la plus directe et la plus efficace de limiter la consommation en veille d'un appareil est de le débrancher complètement du réseau électrique.

Certains anciens appareils programmables peuvent éventuellement perdre des programmations, mais la plupart des appareils plus récents ont une pile intégrée ou une mémoire qui leur permet de préserver tous les programmes nécessaires. Le débranchement peut être effectué de deux façons :

Utilisation ponctuelle ? Débranchez !

Lorsqu'ils ne sont pas utilisés, débranchez les chargeurs d'appareils portables, ustensiles de cuisine, four à micro-ondes, grille-pain, bouilloires, machines à café, radiateurs d'appoint, petits climatiseurs, consoles de jeux, postes de radio et de télévision secondaires, brosses à dent électriques, etc. Bref, tous les appareils qui ne sont pas utilisés de manière intensive ou dont le mode veille n'a pas de grande utilité.

L'intérêt des prises multiples avec interrupteur

Ces prises multiples aussi appelées « coupe-veille » permettent d'allumer et d'éteindre rapidement un ensemble d'équipements. Elles sont utiles par exemple pour les ensembles informatiques (ordinateur, écran, imprimante, scanner...) et télévisuels (téléviseur, boîtier de réception, haut-parleurs, lecteur DVD, projecteur, etc.). Il convient de faire attention à ne pas brancher sur ces prises les quelques appareils qu'on souhaite laisser allumés (comme les box internet qui fournissent aussi la ligne téléphonique pour la maison).

Il existe de nombreux modèles de prises multiples coupe-veille en magasins. Certains modèles très peu chers et bas de gamme sont à éviter, car leur interrupteur peut être de mauvaise qualité et se détériorer assez vite.

Le guide Topten Suisse propose des explications et exemples des différents types de prises coupe-veille : Les prises avec interrupteur manuel, Les prises avec interrupteur automatique (qui détecte l'arrêt des appareils par l'utilisateur), Les prises avec minuterie.

Conseils pour bien acheter

Pour certains appareils, le débranchement à la prise ou l'usage d'une prise coupe-veille peut se révéler inadapté ou fastidieux à la longue. C'est le cas principalement des appareils dont le mode veille peut être d'une certaine utilité : les machines à laver (qui maintiennent des détecteurs de fuite en marche), les box internet / Wi-Fi / téléphone, les serveurs, les téléphones sans fil, etc. Dans ce cas, il convient de privilégier à l'achat des produits consommant le moins possible en veille.

Comment reconnaître un appareil qui consomme peu en veille ?

Pour les ordinateurs et appareils technologiques complexes et connectés : une puissance en veille inférieure à 1 Watt (équivalent à 9 kWh de consommation électrique par an) est une bonne performance.

Pour les télés, chaînes Hi-Fi, appareils électroniques plus simples et appareils électroménager : on peut trouver des puissances en veille inférieures à 0,25 Watt (équivalent à 2,2 kWh de consommation électrique par an).

Hélas, il n'est pas simple de s'y retrouver car la consommation des appareils en veille n'est quasiment jamais indiquée dans les magasins et n'apparaît pas directement sur l'étiquette énergie qui permet de choisir des appareils efficaces.

Que peut-on exactement trouver en magasin ?

  • Télés : sur l'étiquette énergie pour les téléviseurs, un symbole permet de repérer les appareils qui disposent d'un interrupteur permettant de placer le téléviseur dans un mode de consommation quasi-nulle (moins de 0,01 Watt).

Symbole à vérifier sur l'étiquette énergie d'un téléviseur

  • Lave-linge et lave-vaisselle : le calcul de la classe énergétique de A+++ à G intègre la consommation en veille de l'appareil. Les produits les mieux classés (dans les classes A+++ ou A++), auront probablement une consommation en veille assez faible.
  • Climatiseurs : De même, la mention de la consommation annuelle d'énergie sur l'étiquette énergie intègre la consommation en veille.

Pour d'autres produits, il faudra faire quelques recherches sur internet avant l'achat.

Informez-vous sur internet

  • Guide Topten : dans les sélections des meilleurs appareils présentés sur notre guide, la consommation (ou puissance) en veille est indiquée pour les machines à café, les lave-linge, les téléviseurs, les écrans d'ordinateur et les imprimantes.
  • Catalogues en ligne des fabricants : la réglementation européenne impose aux fabricants de fournir sur des sites internet en libre accès des informations sur la consommation énergétique des produits qu'ils mettent sur la marché, notamment la puissance en veille. C'est le cas pour les téléviseurs, les climatiseurs, les ventilateurs, les ordinateurs, les hottes aspirantes, les chauffe-eau et chaudières. Problème : ces informations ne sont pas centralisées et doivent donc être recherchées sur les sites internet de chaque fabricant. En outre, une partie des fabricants semble ne pas (encore) respecter cette injonction.
  • Manuels de l'utilisateur: la réglementation européenne impose aussi que les guides d'utilisation et les fiches techniques des produits mentionnent des informations énergétiques, dont la puissance en veille. C'est le cas pour les décodeurs TNT, les lave-linge, les lave-vaisselle, les sèche-linge et les aspirateurs. De nombreux fabricants proposent ces manuels de l'utilisateur et fiches techniques en téléchargement sur leurs sites internet. Il convient de les débusquer et de les consulter avant l'achat.

Modes « éco », « Fast start », etc. : quand veille varie...

Certains produits peuvent posséder plusieurs modes de veille différents, dont la consommation énergétique peut être très variable.Assurez-vous de toujours paramétrer le mode de veille le plus sobre possible (appelé parfois « eco-mode »). En revanche, certains modèles de lecteurs DVD et de téléviseurs possèdent un mode appelé « fast start » qui permet de réveiller l'appareil très rapidement et de l'utiliser plus vite, mais qui consommera beaucoup plus d'énergie que le mode de veille normal. Le gaspillage peut être énorme. Il est conseillé de toujours désactiver ce type de mode à « réactivation rapide ».Attention aussi aux box internet, soyez vigilants ; sur certaines d'entre elles, le bouton veille en façade n'éteint que le panneau lumineux tandis que la box continue à consommer quasiment la même quantité d'électricité.

Comment vérifier vos équipements actuels

Vous avez déjà des appareils à la maison, plus ou moins anciens. Comment savoir s'ils gaspillent beaucoup d'énergie en mode veille ?

  • Pour des appareils récents achetés entre 2010 et maintenant, la consommation d'énergie en veille est sans doute indiquée soit sur le site internet du fabricant, soit sur la fiche du produit dans ses catalogues, ou encore dans le manuel de l'utilisateur. Vous devriez pouvoir trouver cette information.
  • Pour des produits achetés avant 2010, ils n'étaient probablement pas visés par les nouvelles réglementations européennes et n'ont jamais été testés. Si vous ne trouvez pas d'information dans le guide de l'utilisateur, vous pouvez mesurer vous-même la puissance en mode veille à l'aide d'un wattmètre (petit appareil qui permet de mesurer la consommation électrique de n'importe quel équipement), que vous devrez emprunter ou acheter dans un magasin de bricolage ou sur internet (cela coûte entre 15 et 40 €). L'intérêt d'un tel appareil est que vous pourrez ensuite vous amuser à tout mesurer dans la maison !

Il existe pour finir deux dernières manières d'obtenir une estimation (assez grossière mais rapide) de l'ensemble de vos consommations en veille chez vous :

  • Par un calcul théorique via le calculateur en ligne des Espaces Info Energie (connectez-vous sur http://www.infoenergie69.org/IMG/xls/calcul_veille... et suivez les instructions ; attention toutefois : ce modèle se base sur des données anciennes de 2008).
  • En regardant votre compteur électrique : équipé d'une calculatrice, consultez votre compteur à un moment calme de la journée quand seules les veilles des appareils consomment de l'électricité (assurez-vous qu'aucun appareil n'est en train de fonctionner, que toutes les lampes sont éteintes, que votre chauffe-eau électrique n'est pas en charge et que votre frigo et congélateur ne vrombissent pas). Si votre compteur est numérique (avec un écran qui indique les chiffres de consommation), comptez le nombre de Wh consommés en une minute. Multipliez ensuite ce chiffre par 480 et vous obtiendrez la consommation annuelle de vos veilles en kWh (ou multipliez-le par 60 pour obtenir la puissance des veilles en Watt). Si c'est un vieux compteur à disque, cherchez la valeur de la constante « C » indiquée quelque part sur le compteur (exprimée en Wh/tr). Divisez cette valeur « C » par le nombre de secondes nécessaires pour que le disque fasse un tour complet. Multipliez le tout par 29000 pour obtenir la consommation annuelle de vos veilles en kWh, ou par 3600 pour obtenir la puissance totale de vos modes veille en Watt.

Quand la veille est un moindre mal...

En règle générale, il est recommandé de supprimer ou limiter au maximum les consommations en veille. Dans certains cas toutefois, la veille peut se révéler être non pas un ennemi mais un moindre mal par rapport à laisser un appareil constamment allumé.

Si vous comptez laisser certains appareils branchés tout le temps, assurez-vous que leur programme de mise en veille automatique est opérationnel et qu'il est paramétré de manière à réduire au maximum le gaspillage d'électricité (il se déclenche en général après 3 ou 4 heures d'inactivité pour les appareils télévisuels et 15 à 30 minutes pour le matériel informatique). Cette mise en veille automatique est utile pour éviter d'oublier un appareil en marche et une démultiplication du gaspillage d'énergie !

Contrairement à une idée reçue, il vaut toujours mieux basculer un appareil en veille – voire l'éteindre complètement – quand on s'absente pour une courte durée, même inférieure à 1 heure. L'énergie économisée grâce à la veille sera supérieure à l'énergie consommée pour sortir du mode veille.

Enfin, il reste un certain nombre d'appareils pour lesquels les fabricants ne proposent pas encore de programmes de mise en veille paramétrables. C'est le cas par exemple des box internet, qu'on pourrait souhaiter programmer pour qu'elles se mettent en veille automatiquement pendant la nuit ou les jours où personne n'est à la maison. Espérons que la réglementation européenne imposera un jour à tous les fabricants de donner la possibilité à leurs clients de ne plus laisser fuir l'électricité...

Références

Mars 2016